Le golfe de Gascogne

Aujourd'hui, nous partons ...
J'avais tout lu sur lui, déjà traversé en équipage il y a quelques années, mais nous sommes toujours surpris par son comportement imprévisible. Nous sommes parti le jeudi 14 juin 2018 au matin vers 07h30 de notre mouillage (plage de Rivedoux, devant le port de La Pallice) dans un petit temps gris plein de mélancolie, mais fort de mes fichiers météo gribs, nous bombons le torse. Nous envoyons le génois, la drisse de spi s'enroule dans l'émerillon en tête de mat : "shit" comme disent nos ami(e)s Anglo Saxons, ça commence bien !!! Une petite heure pour tout mettre en ordre et je me rassure en pensant monter dans le mat à l'arrivée. Chassiron est déjà loin derrière lorsque se lève un gros clapot désordonné très "inconfortable", avec de lourd nuages à l'horison. NON !!! il ne va tout de même pas pleuvoir ??? Et bien si !!! C'est donc ciret complet que nous abordons notre première nuit en mer de ce voyage. Toute la nuit, ce sont des trombes d'eaux qui s'abattent sur le pont avec une visibilité quasi-nulle. Le seul refuge se trouve derrière la grande capote du bateau ou nous recherchons un semblant d'abri lors de nos quart (3 heures : 9-12, 12-3, 3-6, 6-9). Et c'est avec un certain plaisir que le petit jour se lève sur nos rêves mouillés !!! De plus, le vent est plein ouest, pas le mieux pour rejoindre la Corogne !!! Le prés sérré sera notre ordinaire des ces premieres 48 heures, en attendant une bascule au nord. Miracle, cette bascule arrive le troisième jour : la, ça va envoyer du lourd, me dis-je benoitement !!! Elle n'a durée que 4 heures, et le vent se cale au ouest/nord ouest : AragoRn est toujours au prés !!!
La nuit tombe sur cette troisième journée de navigation, et la beauté du couché de soleil me laisse "pantois" : Que c'est beau l'océan. Oui, mais, le vent tombe !!! Et dans une houle de 3 mètres, les voiles claquent, sans vie, elles hurlent leur désespoir, un bruit qui m'arrache le coeur : par respect pour le super travail de Pierrick, nous affalons tous et mettons en route notre brave Volvo.
Au petit matin, nous apercevons la tour Hercule, c'est "gagné", le Gascogne nous a laissé passé. Nous arrivons à la Corogne le dimanche vers 12h30 : nous sommes fatigués, mais heureux d'avoir réussi cette première "mise en jambe". Nous avons mis 80 heures, et c'est pas une performance !!!
Les petits bonheurs de cette traversée, ce sont les dauphins omniprésents, tous les jours, par dizaines, un ballet dont nous ne nous lassons pas. Pour Corinne, son cauchemar, ce sont les cargos qui lui ont "empoisonné" ses quarts de nuit !!!

Le cap Finistère

Ce n'est pas le grand Horn, mais je possède une affection particulière pour ce cap : dans ma jeunesse, j'écoutais la météo marine et j'étais fasciné par les tempètes d'hiver décrites en ces lieux !!!
En ce jour du 29 juin 2018, il n'y a pas de vent et il fait beau (de la brume tout de même), et c'est en naviguant au moteur que nous le saluons avec respect.

  • Un univers fantasmagorique ...

  • un appel à la réflexion ...

  • c'est beau ...

C'est en naviguant en ces lieux majestueux, que mon esprit divague au grès du clapot, je pense à mes enfants (Amaury et Florian), à mes parents, à mon frère, à ma soeur et à tous mes amis(e)s.  ❤

 

Cascais Porto Santo/Madère

Après une longue escale à Cascais pour une cause familliale, nous voila de nouveau en navigation 😋. Et une bien belle navigation nous attend : 500 NM vers l'ile de Porto Santo, une ile de l'archipel de Madère. Nous prévoyons 4 jours (une centaine d'heures) pour parcourir cette distance. Les vents prévus sur les fichiers Grib nous annoncent des forces de 0 à 15 Kts du travers jusqu'au vent arrière : idéal pour une traversée tranquille !!!
Autant le golfe de Gascogne nous avait laissé un gout amer 🤒, autant cette traversée, c'est le pied. Il fait beau, il fait chaud, l'eau est d'un bleu mes ami(e)s !!! On dirait que l'on a versé tout le "canard WC" de la planète dans l'océan !!! 😎 La nuit, c'est encore plus magique : AragoRn provoque des vagues à son étrave ou explose du plancton phosphorescent. Il existe des étoiles dans l'océan, nous les avons vu, chaque vague est une galaxie en formation, un feu d'artifice d'une lumière "iréelle". Le sillage semble être un fin brouillard de particules quantiques. Bref, un bonheur absolu pendant 4 nuits.
En revanche, pour la pêche, RIEN, QUE NADA !!! Je me demande s'il existe encore des poissons dans ce bleu immense ??? J'ai essayé toutes les sortes de leurres présents dans le bateau, RIEN !!! Mais, je n'abandonne pas !!!
Pour ce parcours, nous avons "marché" honorablement, sans plus, nous ne sommes pas en régate, mais bien en voyage. Donc, jour 1 = 115NM, jour 2 = 118NM, jour 3 = 126NM et jour 4 = 117NM + 20NM en 3 heures pour l'atterrissage. Soit un totale 496NM en 99 heures. Pour la route à suivre, j'ai tiré un trait de Cascais à Porto Santo sur la carte et j'ai suivi scrupuleusement ce chemin sans m'en écarter de plus d'un demi NM : je pense avoir fait la route la plus courte possible. Nous sommes parti de Cascais le dimanche 19 aout 2018 à 09h00, et prenons une bouée dans le port de Porto Santo le 23 aout à 12h00.

Nous sommes heureux, à peine fatigué, et nous avons désormais vraiment le sentiment que notre grand voyage commence. Nous avons quitté le continent Européen, un retour en arrière serai difficile (le vent nous pousse vers le sud ...), nous sommes loin maintenant.

C'est beau l'océan, et ses iles qu'il tient dans ses mains de géant.

  • Une équipière pendant son quart ...

  • Heuuu, la aussi ... en plus cool ...

Ca y est !!! On arrive ... Elles sont belles ces iles ...

Madère vers les Canaries

Nous arrivons aux Canaries ...

Nous partons de Madère vers 10h00 local le 18/09/2018 pour une navigation de 2 jours vers les Canaries. Les fichiers Grib nous annoncent un vent de Nord-est et une force de 10Kts. Une météo idéale pour effectuer les 280NM de cette petite traversée. J'envisage donc une navigation au portant sympa avec des nuits calmes 🙂. Que ni ni !!! Le vent est à l'est/sud-est, sachant qu'il me faut faire un cap au 150°, AragoRn est au prés !!! 🤭 La seule information juste est la force du vent de 10Kts !!! Donc prés avec peu de vent, le pied pour aller très lentement vers notre objectif !!! Résultat : 55h00 pour faire les 280NM, une vraie performance de régate !!! Les puristes apprécieront !!!  Le seul réconfort, il fait beau, la mer est chaude, la "farniente" la journée, et toujours rien pêché, pourtant je fais des efforts pour affuter mes Rapalas !!! Nous arrivons dans le port de Caleta de Sebo vers 16h00 le 20/09/2018.

Début du coup de gueule !!! 😠 Il faut que je parle de l'accueil dans le port de Caleta de Sebo : appel sur le 09 à la VHF, et, aucune réponse !!! puis un grésillement me dis d'attendre, entendant rien de bien intelligible (malgré ma réservation sur site internet avec paiement d'avance !!!), je décide de perendre une place libre. Je m'engage, et un vigile (genre cerbère agressif) m'attend avec menottes à la ceinture + matraque !!! Il m'indique que ce n'est pas ma place, mais "ducon" je te l'ai demandé à la VHF !!! Rien à faire, il faut que je bouge, mais avec le vent de travers, pas facile !!! Le blaireau en question n'étant pas "formé" aux manoeuvres de port, hors de question qu'il touche quoi que ce soit, il est formé pour mordre !!! Ce sont les copains Français de ponton qui manoeuvrent les aussières, merci à eux !!!
C'est une véritable HONTE d'être accueilli par un para-militaire bas du cerveau comme cela dans une ile qui porte le nom de La Graciosa !!! Fin du coup de gueule !!!

  • L'ile de Alegranza, la plus au nord des Canaries, la première que nous apercevons en arrivant de Madère ...

  • Oui, Corinne, nous arrivons enfin ...

  • Une rencontre super sympa au milieu de l'océan, un skippeur Belge en convoyage vers Las Palmas d'un très joli Sun Fast 40 : un bout de chemin ensemble et une belle conversation VHF ...

  • Moins drôle comme rencontre, surtout pour Corinne !!!, pas loin celui la !!!

Des Canaries vers le Cap Vert

AragoRn en mode transat ...

Adios Canarias, bon dia Cabo Verde !!! 😀
Le 23 novembre vers 10h30 local, nous quittons la marina de San Sebastian de la Gomera (snifff) pour une jolie navigation d'une semaine vers le Cap Vert. Nous allons donc faire notre entrée dans ce pays par l'ile de Sal. La météo nous annonce des prévisions de vent de 15 à 30 Kts NE - E et une houle moyenne de 2m50. De belles conditions pour nous entrainer pour notre future transat !!!
Ma navigation va nous entrainer à l'ouest de la route directe vers Sal, car nous devons nous éloigner du cap blanc (Nouhadidou), les accélerations du vent en cet endroit de la cote Africaine peuvent être "terrible" avec la mer qui va avec !!!
Voici donc notre route parcourue jour par jour en 24h00 :
Le 23 Novembre = 120 NM
le 24 novembre = 100 NM un peu de pétole ce jour la, nous avons mis le moteur !!!
le 25 novembre = 167 NM La meilleure jounée : 25 à 30 kts d'Est, 2 ris + trinquette de travers, AragoRn s'amusant dans la houle 😋
le 26 novembre = 148 NM
le 27 novembre = 155 NM
le 28 novembre = 153 NM Nous arrivons au mouillage de Sal à 10h30 pétante, soit 6 jours tout rond pour cette descente vers le Cap Vert.
Nous sommes heureux d'attendre les copains qui suivent, et je commence l'important boulot de nettoyage du bateau : nous avons subi des "attaques" de poissons volants, le pont est couvert d'écailles, c'est dégueulasse, et je ne vous parle pas de l'odeur !!! 🤒
Les copains arrivent en soirée, René de Jameryn à pris un beau Coryphéne : nous mangeons ensemble en se racontant toutes nos anecdotes de voyage, que du bonheur ... Il fait beau, l'air est chaud ainsi que l'eau, nous pouvons commencer la visite de ce superbe pays (à voir dans les pages "Voyage"). ❤

La vidéo ne rend pas compte de la beauté de la houle, dommage !!! Cette traversée a été un moment de voile intense : vent, lumière, grande houle, une vraie liberté ...

L'Atlantique : première étape

Nous larguons les amarres le 29 décembre 2018 vers midi local de Mindelo. Un saut dans l'inconnu nous attend : c'est la première fois que nous traversons l'Atlantique. Nous avons choisi de rejoindre le Brésil en faisant une courte escale sur l'ile de Fernando de Noronha. Cette première étape est longue d'environ 1300 NM. Nous espérons ne pas dépasser les 14 jours pour ce premier périple. Pour se faire, AragoRn est lourdement chargé. Les réservoirs d'eau et de gaz oil sont pleins à craquer, des bidons supplémentaires du précieux pétrole ont pris place dans les filières de notre fier esquif, au cas ou. Nous avons un mois de vivre, de l'eau en bouteilles à profusion. Bref, nous sommes parés !!! 😋

Nous sortons de la marina avec une petite brise bien sympatique, nous établissons nos belles voiles et c'est parti, mon quiqui !!! L'Alizée est doux (entre 10 à 15 Kts), il nous propulse avec ses pattes de velours vers de nouveaux horizons. AragoRn marche bien vent arrière (génois tangonné + Gv 1 ris), les miles défilent avec simplicité, sans tracas, presqu'avec facilité ... 🤩

- jour 1 (24h00) = 125 NM

- jour 2 = 98 NM

- jour 3 = 119 NM
C'est le premier de l'an. Nous fêtons cela dignement : appéro au champagne pour Corinne, et Wisky (offert par Christian) pour moi avec toast aux sardines, puis confit de canard sur lit de tagliatelles, fruits tropicaux et café.

- jour 4 = 106 NM

- jour 5 = 114 NM

- jour 6 = 88 NM
Grand jour de gloire !!! Je prend une superbe daurade Coryphène d'un mètre de long. Nous allons manger ce poisson en 2 jours et demi !!! Mais c'est succulent.
- jour 7 = 123 NM
Aujourd'hui, il fait chaud, il fait lourd, c'est moite, nous approchons ...

- jour 8 = 126 NM
Ca y est, nous y sommes, nous sommes dans le pot eaux noires accueillis par d'intenses orages, vraiment impressionnants !!! C'est le déluge, il pleut sans discontiner toute la nuit avec des éclairs à faire frémir Dracula !!! Mais l'orage ne tombe jamais dans l'océan, il reste en altitude et j'en suis fort aise !!!

- jour 9 = 111 NM
Les orages ont céssé, mais nous rentrons dans un régime de grains. Et là, attention, c'est violent !!! Nous avons pris 45 Kts pendant plus d'une demi heure avec AragoRn sous trinquette, GV à 2 ris en drapeau. Le hurlement du vent était vraiment intense, mais avec une mer plate, c'est largement gérable : nous n'avons même pas pris la fuite (vent plein travers).
Nous passons l'équateur en pleine nuit, mais avec beaucoup de joie : nous sommes dans l'hémisphère Sud. Nous fêtons le dieu Neptune et le remercions de nous avoir laisser passer !!!

- jour 10 = 101 NM

- jour 11 = 80 NM
Petite journée, car les vents dominants de l'hémisphère Sud (vent d'E-SE) deviennent très mous ...

- jour 12 = 97 NM
Nous mettons l'ancre devant cette ile tant convoitée pendant cette traversée à midi pétante. 12 jours pour faire les 1300 NM de cette traversée. Nous savourons notre bonheur indescriptible, nous savons désormais que nous sommes capable de traverser des océans !!!
Nous allons rester 4 à 5 jours pour découvrir cette ile loin de tout, surtout de chez nous !!!

  • Un grain sous l'équateur, cela peut souffler très fort dessous !!!

  • Ma belle daurade : a table !!!

  • Tous les jours un coucher de soleil, on ne s'en lasse pas

Passage dans "l'autre" monde ...

L'Atlantique : deuxième étape

Toujours superbes les couchers de soleil : j'ai pu observer 2 fois le rayon vert ...

Nous sommes le 15 janvier 2019, il est 11h00 local, après 5 jours sur l'ile de Fernando de Noronha, nous levons l'ancre pour finaliser notre traversée et mettons le cap sur Savador de Bahia. 630 NM nous attendent dans un système météo pas très favorable. Le vent est de secteur S-SE, pile poil la route que nous devons prendre pour cette destination. J'ai quelques gribs sur les 4 prochains jours, mais pas plus. Le vent devrait passer au secteur Est, plus favorable pour "arrondir" au large de Récife.
Nous longeons l'ile et débouchons sur le large à la pointe SO. C'est alors que le vent tombe, la pétole nous englobe, nous encalamine : les voiles battent mollement dans une plainte de désespoir. Il faut donc mettre en marche le moteur. Et bien, il va fonctionner pendant 40 heures !!!
- jour 1 = 65 NM
- jour 2 = 73 NM
Deux jours de pur brise diesel, au moins nous avons de l'eau chaude à profusion et des batteries gavées d'électrons !!! J'en profite pour faire une route plein sud afin d'éviter de me rapprocher de la cote Brésilienne, toujours "instable" au niveau vent.
- jour 3 = 120 NM
Le vent de SE est au rendez-vous, nous sommes au près avec une houle latérale. Ce n'est guère confortable, mais ça avance !!!
- jour 4 = 117 NM
- jour 5 = 103 NM
- jour 6 = 106 NM
En ce sixième jour de navigation, je prends une belle bonite et un superbe thon : nous allons nous régaler !!!
Ces 3 derniers jours sont toujours avalés au près !!! Toujours pas de vent d'Est, j'enrage, vraiment très très inconfortable cette houle de travers associée à un clapot désordonné.
- jour 7 = 42 NM
Nous arrivons dans la baie de tous les Saints vers 04h00 du matin : nous jetons l'ancre dans l'entrée du port car le mouillage devant est très encombré d'embarcations en tous genres.
Le soleil se lève, nous faisons le plein de gaz oil et nous nous annonçons à la marina terminal nautico. Une super surprise, on nous répond en Français, Dominique le gérant de la marina est Français.
Nous avons mis un peu moins de 8 jours pour cette deuxième étape assez stressante et éprouvante pour nos organisme. nous sommes fatigués, et personnellement très fatigué, mais heureux.
NOUS AVONS ATTEINT L'AMERIQUE DU SUD !!! Bonjour Salvador de Bahia

  • Un thon a mordu au leurre de la grosse canne

  • Il est joli ce poisson ...

  • A manger pour deux jours : c'est vraiment le poisson que je préfère.

Fin de notre première journée en Amérique du sud ... Il est temps de se reposer.