Un Océanis 411 construit par Beneteau

Notre bateau, AragoRn, est un Océanis 411 de 1999 en version 3 cabines doubles. Nous l'avons acquis début 2016 à La Rochelle chez Larocque Yatching (http://www.larocque-yachting.com), un courtier charmant que je recommande chaudement pour sa gentillesse et son professionnalisme. Les anciens propriétaires (David et Raymonde que je salue 🙂) revenaient d'un tour de l'Atlantique et cet Océanis 411 était donc bien équipé d'origine.

Pour un grand voyage, le problème du choix du bateau se pose toujours. Pour nous, les monocoques en alu et les catas, ce n'est pas dans notre budget !!! Je navigue depuis plus de 40 ans sur des bateaux en polyester, et n'ai jamais eu de "pépin" avec ce type de construction. Donc, un bateau de série bien préparé sera notre monture. Pourquoi un Océanis 411 ? Et bien parce que nous le trouvons beau et spacieux pour nous deux 🙂. De plus, il a une excellente réputation de solidité et de sécurité sur les pontons et chez les professionnels du nautisme.

Toutes les infos sur ce voilier ici :

 http://www.finot.com/bateaux/batproduction/beneteau/oceanis411/o411_pres.htm

Les équipements de bord

L'énergie à bord

Lors de son achat, AragoRn était déjà équipé d'un portique supportant deux panneaux solaires de 80w chacun, une éolienne Air Breeze de 200 W, et de trois batteries (110A/h pour le moteur + 2x185A/h + contrôleur de batteries OCTOFAX). Nous allons acquérir un groupe électrogène portable (2Kw pur sinus), de sorte que nous ayons une excellente autonomie énergétique.

Nous n'avons pas de déssalinisateur 😮. Nous trouvons cet équipement très glouton en énergie, mais si le besoin s'en fait sentir, nous n'excluons pas le montage de cet équipement lors de notre voyage.

L'équipement électronique

- Centrale de navigation B&G network

- Pilote automatique B&G + centrale hydraulique + vérin Lecomble & Schmitt

- Radar Raymarine SL70

- Navtex Furuno NX300

- GPS Furuno GP33

- Ordinateur de bord Barbone Asrock (logiciels OPENCPN + MAXSEA + cartographie mondiale)

- Multiplexeur NMEA0183 + NMEA2000 (wifi)

- Transpondeur AIS Camino108 + antenne AIS GV30 Digital Yatch

- VHF Raymarine RT650

- VHF portable Raymarine RT 411

Je pense qu'en matière d'équipements électroniques, c'est à peu prêt complet, à part la balise de détresse que je n'ai pas encore acquise. J'ai beaucoup commandé sur internet, "chassant" les promotions pour diminuer la facture. Voici la liste des sites que je considère sérieux avec qui j'ai fait affaire :

http://www.tyboat.com

http://www.pecheur.com

http://www.ruedelamer.com

http://www.nauticom.fr

http://www.orange-marine.com

http://www.accastillage-diffusion.com

http://www.svb-marine.fr

http://www.comptoirnautique.com

http://www.uchimata-shop.fr 

L'annexe

Nous avons acquis une annexe de marque 3D Tender de 2,6 m avec le fond en aluminium et les boudins en Hypalon. Un moteur Tohatsu de 6cv 4 temps anime l'embarcation. Après un été d'utilisation, nous avons beaucoup apprécié la solidité du fond en aluminium : pas besoin de se poser de question en arrivant sur une plage ou des rochers !!! 🙂 Elle prend place suspendue au portique lors des navigations à l'aide de deux palans 4 brins.

Son seul défaut est son poids : 35 kg + 17 kg de moteur, c'est beaucoup. Je l'ai donc équipé de deux roues escamotables à l'arrière du tableau. Ainsi, son maniement est plus "aisé" !!! 🙂 

Elle est même capable d'aller à la pêche, ici aux Glénans.

Les mouillages

Le mouillage principal !!! 🤨 une grosse question qui "hante" mes jours et mes nuits !!! Après moultes reflexions, pas mal de consultations de blog de voyageurs, je me suis convaincu qu'il fallait un mouillage principal "à toutes épreuves" si cela peut être possible !!! Selon mes calculs, tout doit pouvoir supporter 5 tonnes de traction (même les manilles et l'emerillon) ...

Partant du principe qu'il faudra certainement mouiller dans 30m de flotte (je pense à certaines iles du Pacifique !!! ), j'ai acquis 90m de chaine de 10mm + 60m de cablot de 18mm, tout neuf. Heureusement, la baille à mouillage d'AragoRn est très vaste pour acceuillir cet imposant dispositif. Pour l'ancre, je voulais une 25 Kg, bien surdimensionnée pour notre voilier de 10 tonnes en charge max et j'étais parti pour acquérir une Rocna. Mais un passage chez Uchimata La Rochelle m'a convaincu de choisir une Mantus de 25 kg (y parait que c'est encore meilleur ...). Et pis, je suis tombé sous les charmes des vidéos d'essai de cet ancre qui m'a parru "bluffante" :

 https://youtu.be/HxBPoRRGGNQ

https://youtu.be/rzrwgEjMNb8

https://youtu.be/Sj_dPrjteGg

Bon, on verra à l'usage !!!

Pour le mouillage secondaire, j'ai une ancre plate Fob HP de 18 Kg, avec 10 m de chaine de 10 mm et 30 m de cablot de 18 mm. C'est un mouillage "d'à point" que j'espère ne pas utiliser souvent (ou en mouillage arrière) !!!

La préparation du bateau

La préparation de la coque

A l'achat du bateau, l'expert (M. Laurent Cordelle, que je salue ) avait confirmé que les œuvres vives étaient en sur couchage. Il faut donc entreprendre des travaux de réfection de la coque. Nous avons confié ces travaux à JSMARINE à Rochefort/mer (http://www.jsmarine-chantiernaval.com). Nous avons fait faire un hydro gommage + 2 couches de caoutchouc chloré, 1 couche d'antifouling matrice dure + 2 couches de semi-érodable sont prévues.

De plus, lors de navigations estivales (été 2016), nous avons eu pas mal de problèmes avec les vannes du bord (blocages, difficultés pour les manipuler etc). Ne faisant aucun compromis avec la sécurité, j'ai demandé au chantier JSMARINE de changer tous les passe-coques et les vannes d'AragoRn. 

  • Beaucoup de couches ...

  • et très sale !!!

  • un schtroumpf au boulot !!!

  • Et après le superbe boulot de ...

  • JSMARINE, chantier naval super sympa, à l'écoute du client, et de son porte-monnaies !!!

  • Changement de tous les passe-coques, ainsi que de toutes les vannes.

J'ai remonté la ligne du niveau de l'antifooling : j'espère ne plus avoir à gratter les algues sous la jupe et sur la coque.

  • Le nouveau lettrage arrière ...

  • ... et à l'avant.

Notre couchette double

La qualité du repos passe obligatoirement par une couchette confortable : que dis-je !!! un véritable lit "comme à la maison" 😋. C'est pourquoi, nous avons beaucoup réfléchi à la conception et à l'amélioration de notre couchette double. Fini la petite mousse "bas de gamme" sur une planche de contre-plaqué qui nous casse le dos !!!

J'ai donc fabriqué deux sommiers à lattes, indépendants, qui se roulent pour avoir accès au coffre. Toutes les lattes sont maintenues entre elles par des sangles agrafées. Elles peuvent toutes travailler longitudinalement et individuellement afin de s'adapter aux "charges" différentielles imposées par nos positions de sommeil et nos "corpulences". Ces sommiers permettent aussi une parfaite aération des matelas.

Les anciennes mousses des matelas ont été changé par des mousses Bultex de qualité. Enfin, j'ai découpé un sur-matelas en mousse mémoire de forme aux dimensions de notre couchette.

C'est d'un confort redoutable !!! 😀

  • Sommier à lattes indépendant dans la couchette double

  • Les sommiers à lattes se roulent individuellement pour accès aux coffres

  • Sur-matelas à mousse mémoire de forme retaillé aux cotes de la cabine.

  • La toile anti-roulis obligatoire pour espérer dormir tranquille en navigation.

Le grément, les voiles

Après 2 ans d'utilisation d'une trinquette sur un étai largable, j'avais envie de simplifier cette manoeuvre en faisant poser un deuxième enrouleur. L'étude de la faisabilité de cette installation fut mener en coopération entre Zspar et Voilerie service le maitre voilier en charge de fabriquer mon nouveau jeu de voiles. Selon les avis de Zspar, des bastaques ne seront pas nécéssaires car le gréement poussant permet le maintien du mat au niveau de la cadène de trinquette. Mais je ne m'interdis pas d'en mettre en place si le besoin s'en faisait sentir 🙂  

Rendez-vous fut donc pris avec la société Select Yacht à La Rochelle pour la pose de ce deuxième enrouleur (Facnor LS 180) sans dématage. 

  • Sans démâtage, il faut un "alpiniste" pour poser la cadène.

  • Cyrille (Select Yacht) en pleine réflexion ...

  • Cela prend forme ...

  • Pierick (Voilerie Service) en plein réglage du ridoir de l'étai.

Un Océanis 411 avec un gréement de cotre ... assez inhabituel !!!

les voiles

C'est parti !!! 🙂, les voiles sont en fabrication 🙂 Pour mes voiles, je n'ai pas opté pour des tissus dit "exotiques", mais du classique et solide Polyant haute ténacité 390SF premier choix. Ce tissu a l'avantage de pouvoir être réparer a peu près n'importe ou dans le monde. La trinquette (20m²) est en coupe "cross cut", ainsi que la GV.

Pour la GV, voici le cahier des charges : 

- surface environ 34 M² 
- coupe horizontale + renforts orientés
- assemblage TRIPLE coutures 6 temps
- 2 bandes de ris automatiques avec poulies de fonderie sanglées à l'amure + poulie sanglée aux points d'écoute + 1 bande de ris standrd N°3
- 4 lattes plates 30x6 mm + boitiers de latte réglables sur guindant + sangles anti raguage ecto-verso
- bande à plat de guindant et de chute aux ris
- coulisseaux TIDES montés sur cardans inox pour boitiers de lattes + coulisseaux TIDES MARINE sanglés
- bordure libre + patin ou tour de bome en sangle
- cosses inox serties aux empointures + renfort sangles
- nerf de chute + coinceurs aux sorties aux ris.

En liminaire à cette fabrication, un rail de mat TIDES MARINE a été mis en place. L'avantage de ce rail est la facilité de hissage et d'affalage de la GV.

  • La trinquette ...

  • Bien rangée ...

  • La GV en pièces détachées

  • L'assemblage commence ...

  • Bientôt prête pour la pose des anneaux de friction de ris, des lattes (full baten) etc